Je suis un roc

Je suis un Roc.

Le temps m’est offert comme une chance sous ses apparentes malchanceuses, à ne point s’y tromper.

Les voici, le temps de la médiation, le temps de la contemplation, regarde-les, ils s’offrent à toi dans leurs habits d’or et d’argent.

Cette mélasse si visible se désagrège. La lisseuse glisse sur le rocher. Elle cache son écrin, l’emprisonne de son soufre, mais n’aie crainte mon ami. La furie a son courroux qui s’alourdit en cet instant, certes; mais attends. Attends encore un petit moment. Elle a déjà tout donné, elle s’essouffle, ses hurlements d’effroi expriment son irrévocable destin, celui de tomber dans l’oubli, pauvre d’elle. Ayons pitié, la détresse est un mal répandu.

Toi, tu sortiras bien cabossé, mais grandi, le temps des lamentations est terminé. Voici venu le temps des créations. Ton tourment, détruis-le à grands coups de joie.

Recentre-toi sur l’essentiel et avance. Garde le cap des grands, car tu en es un. Ce repos t’est nécessaire, alors prends-le. Ne serait-ce pas le repos du guerrier ?

Aller, avance, ton destin doit s’écrire, c’est le moment.

Le cercle de vie prend des airs de transhumance champêtre.

Nous ne sommes ni aveugles ni feux follets. L’expression de la haine dans son dernier relent déclare le commencement de ta nouvelle victoire. Déjà présente dans cette vérité avouée et visible pour tous. Ne te retourne pas, marche mon ami, marche et vois ton destin s’illuminer sous tes pas. Alors, marche et vis.

Je suis un roc
Ne te retourne pas, marche mon ami, marche et vois ton destin s’illuminer sous tes pas. Alors, marche et vis.
1 Comment

Leave a Reply to Christophe Pizzi Cancel reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :