Les Beaux Jours

Chaleur printanière tant attendue, s’éveille.

Présentement, rayonnante de son soleil.

D’un jaune éclatant de mille feux, m’émerveille.

Te voilà chauffant nos âmes glacées en veilles.

 

Tes pigments vitaminés m’éveillent enfin,

Le Rossignol clame ta bienvenue sans fin,

Le Rouge-gorge s’engorge en voix séraphin.

 

Mon chalet m’attend avec son cadre champêtre,

Ses herbes de pâquerettes règnent en maîtres,

Les canetons sous les lauriers roses vont naître.

 

Vieillards, hommes, femmes, enfants, passent en masse,

Dans ce même embarcadère, où ils prennent place,

Une traversée enchantée vers l’île en strass,

Lieu de soif, plaisir et écriture vorace.

 

Ton ciel bienveillant, d’un éclatant bleu azur,

Ta brise caresse ma douce chevelure,

Allongée, à l’Élysée ce paradis pur.

 

C’est enfin mon moment entre rires d’enfants,

Chants lointains, verre à la main, papillons volants,

Sieste bronzante, thé glacé, pages au vent,

Écrivant dans mon carnet, m’évadant sans fin.

 

Déjà présente, j’organise mon retour,

Heureuse de ta promesse de tes beaux jours,

Pique-nique, rosé et Baudelaire en cours…

 

Sarah Donsar

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :